Une application pour tisser des liens sur son campus

Mathieu Golan, 29 ans, a imaginé une application de rencontres pour personnes «comme soi», ciblée pour les étudiants en manque de vie sociale. Elle tombe à pic pendant la pandémie.

 

Il arrive de se sentir seul dans sa vie d’étudiant isolé sur un campus en pleine période de covid. Pour renouer le lien social, un Genevois a eu l’idée de créer une application de rencontres. Elle n’est pas dédiée aux idylles amoureuses, mais plutôt à la discussion, en groupe ou en privé. Nommée Leepse, cette plateforme gratuite a initialement été lancée dans les campus universitaires français. Mathieu Golan a approché les établissements scolaires pour leur «vendre une vie sociale digitale, car ils n’avaient rien mis en place lors de la période de covid», explique son fondateur.

 

Comment ça marche? L’étudiant se crée un compte, ajoute des tags, puis laisse l’algorithme faire son travail. «L’idée, c’est de discuter avec des gens comme soi, étant étudiant dans la même école, vivant pareil, et d’échanger sur tout et rien», explique celui qui est né et a grandi à Genève. Il s’est inspiré de ses années à enchaîner les voyages d’affaires, en se disant qu’une plateforme de discussion aurait été la bienvenue. «C’est important de pouvoir échanger avec ceux qui comprennent ce que l’on vit.» En 2019, le Genevois se lance alors dans une phase de test. «Puis est arrivée la pandémie…», raconte-t-il. Là, le concept est rapatrié en France.

 

Disponible depuis décembre 2020 dans les établissements partenaires, l’application est également pensée de façon évolutive, pour correspondre aux attentes des jeunes après le covid. «On aimerait que les gens puissent aussi se rencontrer en vrai. Il est alors possible de créer un «événement» annonçant «je vais boire un verre ici» ou «je vais me promener là-bas.» Si quelqu’un est intéressé, il suffit d’effectuer une demande d’ajout. Avec environ 20 000 utilisateurs au total à ce jour, Leepse reste majoritairement utilisée en France et l’est peu en Suisse. «Il y a du potentiel pour que ce système prenne à Genève, car la ville est propice aux rencontres rapides et aux idées d’activités», rassure son créateur… Plus qu’à sauter le pas!

 

Par Meryl Brucker publié le 11 avril 2021

 

 

Article original: https://www.illustre.ch/magazine/une-application-pour-tisser-des-liens-sur-son-campus

Pin It on Pinterest

Shopping Cart
0